"Naomi Goodsir parfums", une nouvelle collection chez Qu'importe le flacon !


Il est rare, vous le savez, que je fasse entrer une nouvelle collection dans ma boutique. J'ai choisi d'aller vers la maison Naomi Goodsir,  pour plusieurs raisons :

certains d'entre vous, ces derniers mois, m'ont parlé de cette gamme ultra-courte (5 eaux de parfum) avec des trémolos dans la voix ! Vous, client.e.s, m'avez mis la puce à l'oreille. Contrairement à toutes les marques qui nous envoient de façon hebdomadaire de "nouvelles" créations à sentir, cette maison attend qu'on la contacte, les distributeurs devant alors faire preuve d'une certaine motivation. J'ai donc demandé à les sentir.

la personnalité étonnante de cette femme australienne, créatrice de chapeaux "décalés" pour la haute-couture. Elle sème le trouble dans le monde feutré de la mode, et ça me plait. Vraisemblablement, c'est la même chose en parfumerie... ;) Elle prend également des risques pour lancer des parfums inhabituels.

Elle s'inscrit parfaitement dans la lignée de maisons de parfums indépendantes, tout en venant du monde de la haute-couture. Naomi travaille avec une très petite équipe autour d'elle, fait des choix sans concessions, des séances d'olfaction directes avec les nez, et avec Renaud Coutadier, qui s'occupe de la partie commerciale. Il y a peu d'intermédiaires entre ses envies et la réalisation des parfums, et elle laisse le talent et la créativité des parfumeurs s'exprimer

Elle a, pour ses 5 notes, choisi de faire appel à des gens dont je connais et j'admire le travail. Isabelle Doyen, collaboratrice d'Annick Goutal (et de Camille par la suite) depuis ses débuts, Bertrand Duchaufour, qui travaille beaucoup pour l'Artisan Parfumeur, et Julien Rasquinet, un nez qui a vu sa carrière décoller après avoir travaillé 3 des parfums de Naomi Goodsir. 


La dernière et non des moindres, ce sont évidemment les parfums eux-mêmes ! Naomi Goodsir a voulu s'emparer de 5 classiques de la parfumerie, et les faire vivre de façon extravagante, presque "punk" ! Je vous les présente, mais les mots ne remplaceront pas les odeurs, venez vite les sentir ! Les tenues sont exceptionnelles.

Bois d'ascèse (2012). Julien Rasquinet
 
Une note résolument fumée, comme un feu de bois, mais dans le même temps qu'on pourrait confondre avec l'encens. Bois de cade, whisky, départ épicé, un parfum sec et résineux. A l'origine de tous les parfums fumés qui ont été créés par la suite dans la parfumerie d'auteurs. A la toute fin de la journée, semble se montrer une note animale, cuirée.


Cuir velours (2012). Julien Rasquinet
Un cuir velouté au début, puis qui prend vite des accents de tabac, de rhum et qui est encore très différent des cuirs que je propose à la boutique. Une impression de main gantée.


Or du sérail (2014). Bertrand Duchaufour

Une note super puissante, ronde, un tabac très affirmé qu'on aurait mélangé à du pain d'épices et des fruits presque trop mûrs, sur un fond d'ambre. Opulent et voluptueux sont les adjectifs parfaits pour le décrire. Rêveries orientales sur fond de fruit défendu.


Iris cendré (2015). Julien Rasquinet
Un iris moderne, sec, pour bien sentir la matière première. Départ vert, feuilles de violette (l'iris et la violette ont toujours été liés en parfumerie), presque aquatique, et un fond plutôt encens.


Nuit de bakélite (2017). Isabelle Doyen

La note de tête est l'archétype de la note verte ! Le galbanum se marie parfaitement à la tubéreuse, dont on dirait au début qu'on a écrasé la tige. Il est d'une puissance incroyable, limpide, nature. Une tubéreuse sur un fond chypré, cela change des fonds monoi ou fleurs blanches doucereuses, et c'est pour ça que les hommes le portent déjà !

Ça promet non ? Je passe sur les prix qu'elle a reçus pour certains parfums, c'est une belle reconnaissance du métier, mais ce qui m'importe, moi, c'est que vous les aimiez ! A bientôt à la boutique, pour venir les découvrir !

Prix à la date de l'article : 140 € les eaux de parfum en 50 ml.

Commentaires

  1. Mireille Chevalier21 octobre 2018 à 13:14

    Je viens d'adopter "Bois d'ascèse" et je me sens déjà "accro" ! Je ne sais pas en parler comme Anne, ou Damien, mais, il me "colle à la peau". J'avais vécu cela avec Serge Noire chez Lutens, mais cette fois-ci, cela me semble encore plus prononcé. Une goutte suffit et ce que j'adore, c'est que ça tient toute la journée (voire toute la nuit). Je me sens complètement "accompagnée" par ce parfum et c'est super
    ! Merci ce vos bons conseils et pour cette parfumerie merveilleuse.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mireille pour ce commentaire, et le retour de vos impressions. Je ne doutais pas de la tenue de Bois d'ascèse, et chacun des Naomi Goodsir va trouver son public. Ravie que celui-ci ait déjà comblé vos attentes. A très bientôt, c'est toujours un plaisir de vous recevoir à la boutique ! ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de signer votre commentaire ! ;)