Le parfumeur Bertrand Duchaufour, à-travers les maisons présentes chez Qu'importe le flacon


Je vois parfois à la boutique des client.e.s suivre un même parfumeur, d'une marque à l'autre, à travers celles que je propose, et même ailleurs. Un style, des matières préférées, une ambiance, plaisent, sans que la personne sache qu'elle aime le même "nez".

Moi qui suis dans le métier, je n'ai évidemment aucun mérite à avoir des infos sur le travail des compositeurs, mais j'ai mes chouchous, comme Bertrand Duchaufour, dont j'aime beaucoup les parfums depuis des années.

Je voulais vous en parler de façon transversale, à-travers les maisons de créateurs présentées à la boutique.


Pour l'Artisan Parfumeur

J'ai "rencontré" pour ma part le 1er parfum de Bertrand de ma collection, chez L'Artisan Parfumeur en 2002, à la sortie de "Patch" (j'ai encore les anciens flacons !).
A l'époque j'y travaillais comme responsable de la boutique du Boulevard Raspail, et c'était Marie Dumont qui était aux commandes de cette maison, qu'elle avait rachetée à Jean-François Laporte. 

Elle a voulu dans sa collection, un patchouli moderne, musqué, et pas ambré, comme tout ce qui se faisait à l'époque et qu'on sentait un peu -trop !- partout. Moins terreux que le 1er patchouli de la marque (il a disparu depuis), et plus travaillé.

Bertrand a mis des notes d'anis en tête, une pointe de prune et d'osmanthus, et beaucoup de notes boisées en fond pour accompagner le patchouli, mais quand je le porte, tout le monde sait que j'ai mis du patchouli ! ;)
Le fond bien musqué également, rond, en fait une eau de toilette super tenace, si on doutait déjà de la tenue et de l'aura du patchouli ! 


Puis j'ai adoré "Dzongkha", un eau de toilette épicée avec des inflexions de thé tchaï, d'encens, une création comme un souvenir que Bertrand rapporte du Bhoutan, en essayant de rendre palpable l'odeur des monastères, l'encens des temples. Il y met les épices, le thé, l'iris, le cuir, le cèdre et le musc.


A sa sortie en 2006, il faisait partie de la gamme "Odeurs volées par un parfumeur en voyage", qui regroupait certains de ses travaux et d'autres de Jean-Claude Ellena.


Je me régale aussi de "Noir exquis", basé sur le café, la crème de marron, les notes grillées du sucre d'érable, étonnamment doux sans être trop sucré.

Mais vous pourriez aussi sentir entre autres à la boutique, "Méchant loup" (pour ma part, le plus ancien que je connaisse de Bertrand, car créé en 1998), "Piment brûlant", "Séville à l'aube", "Timbuktu" ou encore "Traversée du Bosphore".

Eau de toilette 100 ml à 115€ ou Eau de parfum 100 ml à 125€.


Pour Naomi Goodsir

Très récemment vous savez que j'ai fait entrer la maison Naomi Goodsir chez Qu'importe le flacon. 

Bertrand a travaillé le très baroque "Or du sérail" pour Naomi.

Une note opulente, dense, riche, autour du tabac, à base d'épices, rondes, de fruits très murs, de beaucoup d'ambre, de musc, un parfum qui signe un passage. On en met peu, on se sent tout de suite enveloppé.e, il est mystérieux et crémeux, gourmand sur le fond. Un vrai bijou, je le vois comme cela, car est précieux et "termine" vraiment une tenue.

50 ml eau de parfum à 140€.


Pour Olfactive Studio

Pour terminer (seulement pour l'instant, car cet article pourra être mis à jour au fur et à mesure des sorties, et de mes coups de cœur), sachez que je suis ravie d'accueillir également depuis quelques semaines la maison Olfactive Studio.

Pour Céline Verleure, Bertrand Duchaufour a déjà proposé récemment "Woody mood", un boisé dense, sombre et presque cuiré.

Et, grande chance, au moment où je lançais la gamme à la boutique, Céline lançait elle, sa nouvelle collection, les Sepia. Une gamme plus chère, à 220€ les 100 ml, mais en parfums, travaillée seulement par Bertrand (la collection habituelle est à 90€ et 140€).

Sur des photos de Martin Hill, le nez a travaillé 3 grands accords de la parfumerie. Un chypre, un cuir et une vanille (qui est étonnante, pas sucrée du tout). Je suis déjà une grande fan de ce trio. 

"Chypre shot" est épicé mais pas trop, montre sa mousse de chêne sans en faire trop.
"Leather shot" est un cuiré un peu fumé et boisé par l'iris et le cèdre.
"Vanilla shot" est très épicée et gourmande mais par des facettes d'orange confite, de fruits secs, de safran et de coriandre.

Voilà, vous savez ce qui vous reste à faire ! A bientôt ! 😃

(Prix à la date de l'article)


Commentaires

  1. Super votre article Anne. Votre écriture reflète, avec justesse, le travail de Bertrand.
    Bertrand est un parfumeur à part. Tel un peintre, sa palette de couleurs, sa touche et son inspiration sont identifiables.
    Renaud (Naomi Goodsir)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de signer votre commentaire ! ;)